loi sur le cumul des mandats et les cumulards

notre cher président a promis en 48° point qu'il légifererait le non-cumul des mandats. le 14 juillet 2012, il charge jospin d'une commission pour plancher dessus. faisons le point ;

...

Le 9 novembre 2012, la commission Jospin propose l'incompatibilité du mandat parlementaire avec tout mandat électif autre que le mandat local.

en août 2013, vie publique revient sur un bref historique de l'évolution depuis 2000 de la loi du cumul des mandats, car le parlement l'étudie depuis le 26 juin. pendant ce temps, "476 députés sur 577 (82%) et 267 sénateurs sur 348 (77%) exercent au moins un autre mandat électif" !

dans l'express a publié le 10 sept. 2013 le palmarès des cumulards de notre république ; gauche et droite se livrent une bataille acharnée pour savoir qui l'emportera ! la liste des fonctions qu'occupe le leader michel delebarre est plus qu'impressionnant !

le 11 sept., le parisien annonce le rejet du sénat ; les conclusions du rapport du 19 sept. par le sénateur savary sont édifiantes : "La mesure que vous proposez engendrera un coût supplémentaire, insupportable pour le contribuable, alors même qu’un ras-le-bol fiscal est constaté dans notre pays !"

le 15 janv. 2014, le sénat adopte la loi, bien évidemment en s'excluant eux-même du cumul !

adoptée par le sénat, le conseil constitutionnel et l'assemblée, la loi est promulguée dans son ensemble le 14 fev. 2014, non sans heurts, et sera effective en 2017 !

luiprésident est donc fier d'arborer une promesse tenue !

mais qu'en est-il réellement ?

dès le 27 fev, le monde relate que "114 députés de gauche qui détiennent un mandat de maire, 83 brigueront un nouveau mandat" aux prochaines municipales ; il ne faut pas oublier que la loi n'entrera en vigueur qu'en 2017 !!!...et de parler qu'ils ont "encore de beaux jours devant eux", "qu'ils cultivent le flou" sur le devenir de leurs mandats à la date butoire, que "le jeu des chaises musicales" allaient être de mise ... le figaro annonce carrément que la droite reviendrait sur le texte en cas de retour au pouvoir : "En 2017, après les législatives, les députés disposeront d'un mois pour choisir entre leurs mandats. Un délai qu'il juge suffisant pour modifier la règle" !

lors des élections municipales d'avril 2014, alors que le projet de loi commençait à faire son bonhomme de chemin, "14 des 20 premiers du "palmarès des cumulards" de l'Express ont été réélus dimanche lors des élections municipales. Les six battus sont tous socialistes." (dont leurs 3 meilleurs, delebarre, germain et  duron ; la droite ne se cache pas de ses multiples casquettes, et ont tous été réélus ; si seuls le peuple de gauche réagit, il est peut-être explicable que le PS accélère la promulgation de cette loi ? rassurons nous, les "petits" partis sont tout aussi assoiffé de pouvoir, le 3° du classement, Baylet du PRG, a été réélu :)

le cumul dans le temps

2017 se profile donc avec la gauche qui devra tenir ses promesses et choisir entre ses mandats (adoptant surement le jeu des chaises musicales), et la droite, qui tentera de réviser cette loi ; la france sera ainsi partagée et choisira pour qui voter en toute conscience "démocratique" ! comme l'ont laissé entendre les objections de cette loi par manque de clarté sur leurs statuts, je gage que nos élus vont se pencher prochainement sur le statut de politicien de métier ; non pas dans le but d'être plus précis sur les modalités de non cumul des postes, mais surtout pour assoir un métier qui n'existe pas encore officiellement : politicien. une fois ce statut accepté, il ne sera plus possible de revenir sur le 2° grand problème des cumuls, non pas celui des charges, mais celui dans le temps.

il va sans dire que matignon est opposé à ce principe ! bien qu'immiscé par quelques députés, cette limitation a été complètement "oublié" par la loi. pourtant, "Ils sont pourtant 239 maires (sur 428 villes de plus de 20 000 habitants) à postuler pour un troisième," voire huitième mandat !

soyons vigilants ; la loi est loin de correspondre à ce que le peuple attendait, et il est en train de se faire endormir une fois encore, par des actions amputées, médiatisées et détournées. si l'on veut arrêter la collusion entre l'économie et le pouvoir, il faut stopper le métier de politicien. chacun se bat pour vivre et gagner de l'argent, nos politiciens font de même, et défendent leur place plus que les intérêts du peuple, logiquement ! dans une démocratie réelle, la politique n'est pas un métier (c'en était même une honte à l'époque de Périclès), mais un service, une mission populaire.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.