contre les idées reçues du revenu de base

1° idée reçue : "ceux qui travaillent n'accepteront pas que des gens soient payés sans contre partie sociale ..."

je le pense aussi ; c'est pourquoi le "revenu de base" (appelons-le comme ça, bien qu'il y ait différents courants de pensée à ce sujet, un peu comme sur le TAS, et que ces différences entraînent des noms différents (contrat citoyen, revenu inconditionnel, salaire à vie ...) implique une contrepartie de citoyenneté ; elle commence par le respect des lois, le service national, et presque tous les courants s'entendent sur des "TIG" (travaux d'intérêts généraux) ou services publiques/citoyens, représentés par des travaux "obligataires", pour la société ; plusieurs cas de figures sont envisagés, comme pour le service des objecteurs  ;) ou des actuels TIG de la justice actuelle. certains proposent d'en profiter pour étendre les champs d'actions à l'éducation, la surveillance, l'administration publique ... bref, le service publique.
je maintiens donc leur point de vue : "ceux qui travaillent n'accepteraient pas que des gens soient payés sans contre partie sociale, sans participer au fonctionnement de la société, sans participer au bien commun."

2° idée reçue :  "les humains se motivent pour manger, comme les bestioles"

je le nuance ; hélas la plupart des ouvriers et autres bas salaires, oui ; comme la plupart des gens des pays sous-développés ; mais la pyramide des besoins naturels s'inverse avec les sociétés développées, et les besoins primaires ne sont plus manger, dormir ou se reproduire (n'importe quel cadre y survient sans soucis), mais appartenir à une société, et surtout être reconnu dans celle-ci.
le revenu de base n'apporte pas un revenu permettant l'opulence, juste de quoi assouvir les réels besoins primaires ; nous devons faire confiance au côté bestial de l'homme pour travailler afin d'assouvir les autres besoins (améliorer son confort, reconnaissance, ...) ; comme les abeilles, l'homme travaillera, mais non plus comme aujourd'hui, pour survivre pour certains dans l'opulence de la société et de leur voisin, mais pour améliorer son confort, pour faire valoir et profiter de son savoir faire ; une minorité seulement de personnes préfèreront vivre avec un revenu minimum, chacun cherchera à améliorer son confort ;
c'est surtout le rapport de force entre l'employé et l'employeur qui sera modifié.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.