citations sur la politique

"la politique est l'art d'empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde." P. Valéry

 « la grande révolution [était] moins la Révolution française que la Commune » de Paris . Albert Camus

En 1951, dans la revue Combat, Albert Camus, dans une de ses éloges à la Commune, propose une explication des causes pour lesquelles la tradition du socialisme libertaire français a disparu sous celle du socialisme autoritaire germanique, pourquoi Fernand Pelloutier plie sous le joug de Karl Marx, ou pour quelles raisons le communisme stalinien emporte les suffrages dans une époque où le nom de Proudhon n’est jamais cité (…) : « La capacité révolutionnaire des masses ouvrières a été freinée par la décapitation de la révolution libertaire, pendant et après la Commune ». Camus d’ajouter : « Cette épuration automatique de la révolution s’est poursuivie, par les soins des États policiers, jusqu’à nos jours » 

« Toute loi que le peuple en personne n’a pas ratifié est nulle ; ce n’est point une loi. » Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social, (1762).

« Le pire des maux est que le pouvoir soit occupé par ceux qui l’ont voulu. » Platon

"réfléchir, c'est nier ce que l'on croit" Alain, propos su les pouvoirs.

"si voter, changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit" Coluche

« Il nous faut mondialiser les luttes » Piengporn Panutampon, copié sur hold-up sur l’alimentation, p.18

« je désapprouve vos idées, mais je donnerais ma vie pour défendre votre droit de les exprimer », Evelyne Béatrice Hall, 1906

« politiquement, la faiblesse de l’argument du moindre mal a toujours été que ceux qui choisissent le moindre mal oublient très vite qu’ils ont choisi le mal », Hannah Arendt, responsabilité et jugement, sur une page du site les crises.

« un peuple de mouton finit par engendrer un gouvernement de loups », Agatha Christie, page d’accueil des crises.

« c’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison », coluche, page d’accueil des crises.

« À l’avenir, on fera aimer aux gens leur servitude, ce qui produira une dictature sans pleurs, une sorte de camp de concentration sans douleur pour des sociétés entières, avec des citoyens privés de leurs libertés mais qui aimeront cette situation, parce qu’ils seront détournés de tout désir de se rebeller par la propagande ou le lavage de cerveau, appuyé ou non par des méthodes pharmacologiques. », Aldous Huxley, 1961.

« pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté », Orwell ?!

« ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », la boétie

« Nous ne pouvons pas être indifférents à ce qui se passe partout dans le monde, car une victoire d’un pays contre l’impérialisme est notre victoire ; exactement comme une défaite est notre défaite. », Ernesto “Che” Guevara

« je ne partage pas vos idées, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous puissiez les exprimer » ; Voltaire.

« plus sombre est la nuit, plus proche est le reveil ! », in un autre monde est possible de K. Arkana

« Camarade, le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme, le syndicalisme, c'est le contraire ! », Coluche, dans "le syndicat le délégué"

... ce qui me fait dire : "la démocratie, c'est le pouvoir du peuple par le peuple, le libéralisme, c'est le contraire !" :D

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.