yannis youlountas

La démocratie est la préhistoire de l'anarchie - Entretien avec Yannis Youlountas
3 FÉVR. 2016 - PAR LE MONDE LIBERTAIRE

https://blogs.mediapart.fr/le-monde-libertaire/blog/030216/la-democratie-est-la-prehistoire-de-lanarchie-entretien-avec-yannis-youlountas
 
Après Ne vivons plus comme des esclaves en 2013, Yannis Youlountas vient de sortir un nouveau film : Je lutte donc je suis. Une ode à la résistance et à l’insoumission...
La démocratie est la préhistoire de l'anarchie
 

Entretien avec Yannis Youlountas
[...]

YY :  Quant aux mensonges d’Étienne Chouard, il est suspect d’évoquer très précisément 200 ans de gouvernance des riches, comme si c’était mieux sous l’Ancien Régime vanté par son amie royaliste Marion Sigaut. Il est également suspect de citer presque exclusivement la Grèce antique en occultant bizarrement la Commune de Paris, l’Espagne de 1936 ou encore Exarcheia aujourd’hui. D’autant plus que durant 200 ans, dans l’Athènes classique, les pauvres n’ont jamais gouverné. Absolument jamais. Les nombreux esclaves, métèques, femmes et jeunes n’ont jamais cessé d’être maltraités en tant que prolétaires, comme toujours. Même un enfant de cours élémentaire, en faisant une simple addition, peut contredire ce genre de mensonges et démasquer leur auteur.


ML : Et le tirage au sort, qu’en penses-tu ?

YY : C’est un outil comme un autre, un recours possible dans certaines circonstances, mais en aucun cas une solution magique. Toute la marche de l'humanité est une marche contre le sort. Devenir humain, c'est désobéir. Désobéir à tout, y compris au hasard. Désobéir aux évidences, de l’étonnement socratique au doute cartésien. Désobéir au hasard et à la nécessité en bouleversant l’équation de la science au point de lui ajouter une nouvelle variable : la raison universelle. Désobéir à l'instinct, par-delà la détermination de la nature, et désobéir à la croyance et à l'opinion, par-delà la détermination de la culture d’origine. Devenir humain, c'est désobéir à tout, y compris au hasard. C'est oser choisir et assumer sa liberté et sa responsabilité, au lieu de laisser décider le sort. Faire société, au sens le plus élevé, c'est conjuguer nos capacités à désobéir, penser, choisir et construire ensemble. Et non pas obéir et nous en remettre à une entité supérieure quelle qu'elle soit : ni dieu ni César ni hasard. Le sort est justement ce contre quoi s'élève depuis toujours l'humanité. Au-delà de la préhistoire politique, des chimères et des ombres, il y a l’horizon, la liberté, l’égalité. Il y a l’utopie. Il y a l’Anarchie.
 
Propos recueillis par Dominique Lestrat, Groupe Kropotkine, Fédération Anarchiste
article paru dans le Monde Libertaire hors-série n°63

 

Piwu, le 04 02 2016 :"

C'est pour ce genre de passages (en orange) incohérents, mensongers et caricaturaux que je n'apprécie pas Yannis Youlountas.

- Incohérent car plus haut, il indique qu'il faut laisser les étiquettes aux fascistes mais...il les utilise dès que l'occasion se présente ;

- Mensongers car il l'attaque non pas sur ce qu'il dit ou sur ce qu'il fait mais sur ce qu'il ne dit pas (ou pas assez) ou sur ce qu'il ne fait pas (ou pas assez). Par exemple :

 - "Comme si c'était mieux sous l'Ancien Régime" : Il est très très simple de trouver de nombreux textes d'Etienne Chouard contre la Monarchie (qu'elle soit héréditaire ou élective), contre la Royauté ;

 - "Il est suspect car il parle plus des 200 ans de démocratie à Athènes que des quelques mois de démocratie durant la Commune de Paris." Pourtant, sur son site web, il y a 136 pages différentes qui parle de la Commune de Paris. Alors ce n'est peut-être pas assez pour ce cher Yannis Youlountas, peut-être que le seuil minimal c'est 200, 300 ou 1000 pages. Mais ce genre de reproche, c'est facile à faire et c'est très injuste ;

 - Caricaturaux car Etienne Chouard et tous les penseurs qui citent Athènes comme exemple ont toujours expliqué qu'il y avait de l'esclavage, que ce n'était absolument pas le but de réinstaurer l'esclavage et qu'un système politique démocratique n'est pas obligé d'être lié à l'esclavage. C'est une critique que l'on peut retrouver chez tous les anti-démocrates.

Enfin sur le tirage au sort, il faut aussi preuve d'une mauvaise foi crasse. Il n'a jamais été décidé de laisser le sort prendre des décisions.